T’es en couple avec un médecin… La suite ! The come back !

 

Il y a environ 3 ans, je publiais l’article « t’es en couple avec un médecin… alors ». Sachez qu’il s’agit de l’article le plus consulté (416 fois … oui, pour moi, c’est énorme), le plus lu et le plus recherché de mon blog. C’est pourquoi, j’ai décidé de faire le point afin de mettre au monde son petit frère… The come back – réflexions en tout genre!

 

  • Number one : « Ahhhh, ça doit être chouette d’avoir un médecin à la maison, t’as toujours quelqu’un aux p’tits soins. Et puis, s’il t’arrive un truc, t’as pas loin où aller. Et puis, c’est gratuiiiiiiiit »

Alors… il faut savoir une chose très importante. Un médecin est incapable de soigner ses proches en restant clair et lucide, sans plonger dans une panique totale et sans perdre son sang-froid. A la moindre toux, au premier éternuement ou pet de travers, il ne peut s’empêcher d’imaginer le pire des scénarios. RIP – Paix à son âme ! Dois-je vous rappeler que mon mari m’a envoyée aux urgences subir une batterie d’examens douloureux une semaine après mon accouchement pour une simple montée de lait ?!

Et puis non … moi qui ai la fâcheuse manie de ne jamais prendre / finir mon traitement, je me retrouve à me faire engueuler comme une sale gamine qui ne finit pas son assiette de brocolis. Sachez également que mon mari a récupéré mon historique de vaccinations pour me remettre en ordre de vaccins alors que ça faisait des années que je mentais à mon médecin traitant pour ne pas me faire piquer ! Aie ! Aie ! Ouille ! Ouille !

Une dernière chose… quand mon mari médecin rentre d’une journée de merde où il a passé son temps à s’occuper de ses cancéreux, il a un peu autre chose à faire que d’entendre sa femme geindre comme une dinde parce qu’elle a mal au ventre ou à la tête… Vous ne pensez pas ?!

tumblr_lmwnx7TYmh1qfh47wo1_500

  • Number two : « Quoiiiiiiiiiiiiiiiiiii ? Il ne gagne pas plus que ça ?! »

Et noooooooooooon les gars, il ne gagne pas plus que ça ! Un médecin, qui n’a pas encore terminé sa spécialisation, qui n’est pas « résident » dans un hôpital et qui en plus travaille dans un établissement dépendant du CPAS, preste 72h par semaine pour un salaire de merde… Et ouiiiiiiiiiiii, c’est l’jeu ma pauvre Lucette ! Tu croyais quoi ? Que j’avais épousé le Baron de Rotchild ?

giphy

  • Number three : « Il est où ton mari ? Ah… il travaille ! Encooooooooooooooore ??? » souvent suivi de « Et ça va,… toi ? »

Alors pour celle-là, MER-CI ! Merci à tous de retourner le couteau dans la plaie alors que nous serrons les dents ! Merci de me rappeler que je passe le clair de mon temps à attendre que mon mari ne rentre. Merci d’indirectement insinuer que mon mari est un mauvais mari, et surtout, un mauvais père qui ne passe que trop peu de temps avec sa fille. Et, ce, sans se soucier du sentiment de culpabilité qui le submerge chaque matin où il part travailler ! BRA-VO !!!

Comme mentionné plus haut, mon mari se tape entre 60 et 80 heures par semaine. Entre les gardes, les consultations, l’hôpital de jour, les rapports, ses cours le samedi matin, les articles scientifiques à rédiger, les réunions, les congrès, … rassurez-vous, il trouve du temps pour sa famille ! Tout est une question d’organisation, de compréhension et de patience ! Ce genre de réflexions n’a rien de constructif. C’en est même très destructeur ! Et ça me pèse ! Crotte !

tumblr_msd3ajdBZw1sggyx2o1_500

  • Number four : « L’oncologie… c’est les cancers, c’est ça ? Oh mon dieu, quelle horreur ! Et il fait ça ? Bouuuuh, j’n’pourrais pas… !!! »

Oui, l’oncologie, c’est les cancers toussa-toussa ! Vu ta réaction, je me doute que tu ne pourrais pas. Mais je pense également que tu n’aurais même pas pu faire la dermatologie, donc… Et pour finir, quand un membre de ta famille aura un cancer ou que toi, tu seras convaincu(e) d’avoir une masse bizarre, tu seras bien content(e) qu’un idiot se soit spécialisé dans la branche la plus glauque et la plus macabre de la médecine.

Et oui, ils me font bien rire ces gens qui me regardent partagés entre le « dégoût » et la « compassion », en pensant très fort « pauvre de toiiiiiiiiiiiii », dès que je leur annonce que mon mari fait sa spécialisation en oncologie. C’est un peu comme si je leur avais annoncé qu’il était nécrophage et qu’il aimait ça.

tumblr_inline_msmlqq56HQ1r80p9c

Je m’arrête pour les réflexions pour cet article. Je vous promets de garder bien au chaud les prochaines afin de vous en faire part dans l’article « T’es en couple avec un médecin… the return of the come-back ! »

 

Sur ce, soignez-vous bien !

Xoxo

Peas !

 

 

 

Publicités

« T’es en couple avec un médecin… alors … »

Petit coup de gueule du jour: Depuis quelques temps, je me suis rendue compte de la superficialité des gens quant à la profession de mon compagnon.

A chaque fois que je réponds par « il est médecin » à la question « il fait quoi comme métier ton copain? »  Là, j’ai toujours droit à un regard complice limite « intéressé » ainsi qu’à des réflexions stupides du style:

« Hey bien, tu en as de la chance toi! Tu peux claquer du fric sans compter! »

« Alors toi, tu roules sur l’or maintenant! Tu es devenue une bourge! »

« Wow! Ca ne rigole plus! T’as pioché un bon numéro hein! »

tumblr_mpk4ifWira1ssbvp5o1_500

A chaque fois, ces réflexions à la con me font enrager! Merde quoi! Je ne suis pas une profiteuse, je n’ai pas choisi mon compagnon en fonction de son statut ou du contenu de son compte en banque.

Non mais, il faut m’expliquer là… Il n’y a qu’en se tapant un médecin ou un avocat qu’on est heureuse et qu’on vit « bien »? Et pourquoi cet amalgame à la con de « médecin » = « pognon »? Vous n’allez quand même pas me faire croire que les maçons, chauffagistes, entrepreneurs, … ne se font pas un paquet de fric eux aussi?!

2384

Certes, je vis avec un médecin mais moi aussi je travaille, moi aussi je ramène de l’argent à la maison et moi aussi j’ai une place importante! Je n’ai jamais été une folle-dingue de la dépense alors je ne vois pas pourquoi je le deviendrai du jour au lendemain. Et si je désire m’offrir quelque chose, je le ferai avec mon argent, celui que j’aurai gagné en bossant! Car, oui, mes parents m’ont inculqué la valeur de l’argent difficilement gagné. J’ai tout fait pour être la plus indépendante possible sans devoir leur demander d’aide financière, alors pourquoi le ferai-je avec quelqu’un d’autre?

Quant au bonheur, je ne vois pas en quoi être la femme d’un médecin me rendrait plus heureuse qu’être celle d’un enseignant ou d’un plombier. Cela signifierait-il que toutes les autres femmes seraient malheureuses de vivre avec leurs « pauvres » de maris? – Bande d’ingrates vénales! Vous vous battez pour avoir les mêmes droits que les hommes et dès qu’il y a du pognon en jeu, vous vous rétractez!

Encore une fois, les petits esprits font fort en frappant à coups de stéréotypes et d’idées reçues car vivre avec un médecin, c’est également partager la vie de quelqu’un qui passe la moitié de la sienne à l’hôpital, en consultations, ou de garde. Loin de là l’envie de me plaindre, car j’utilise ces moments d’absence pour faire des choses qui me font plaisir. Mais s’il vous plait, retirez-vous de la tête l’image du médecin qui roule en Audi, BMW ou Mercedes, qui joue au golf et part en vacances à St Tropez! Nous sommes deux bobos-écolos qui s’en tapent royalement du « paraître ».

Pour conclure, on a toujours dit que l’argent ne faisait pas le bonheur et j’en suis plus que convaincue.

938xaku0